Comment évaluer la performance RH


COMMENT ÉVALUER LA PERFORMANCE RH ?  

UNIVERSELLE, RÉPONSES CONTINGENTES 

Patrick Gilbert1, Marina Charpentier2

INTRODUCTION 

En raison même de sa difficulté, l’évaluation de la performance RH est un enjeu 

particulier en GRH. Elle est à la fois, pour les chercheurs, un vecteur de 

connaissance et, pour les praticiens, un vecteur d’efficacité et de renforcement 

identitaire. 

Avec l’accroissement de la concurrence entre les entreprises, la pression s’est faite 

plus forte sur les professionnels de la gestion des ressources humaines (GRH). Les 

fusions, restructurations et autres transformations qu'ont connues les entreprises 

ont à l'évidence provoqué une profonde remise en cause de la GRH. Après une 

période d’inquiétude, un espoir s’est manifesté : « Apprendre à mieux compter 

aidera peut-être les DRH à encore plus compter dans leur entreprise ! » (Le 

Louarn et Wills, 2001). 

De leur côté, les chercheurs en GRH, ne peuvent rester indifférents au principe 

selon lequel il n’y a de science que du mesurable : toute validation théorique d’un 

phénomène (ici, la performance RH) ne passe-t-elle pas par la mesure fiable de ses 

effets ? Par ailleurs, soucieux d’affirmer leur ancrage gestionnaire et de participer 

à la performance de l’organisation (Galambaud, 2002) ou, tout au moins, de 

dissiper une part du mystère, ils ont orienté leurs travaux sur le lien entre la 

performance des entreprises et leurs pratiques de GRH. 

Depuis lors, une question hante chercheurs et praticiens : « Comment évaluer la 

performance RH ? » Si la question est universelle, les réponses apportées sont à 

l’évidence très nombreuses, en raison de la diversité des contextes dans lesquels se situent les entreprises et de la position de ceux-là même – chercheurs ou praticiens 

– qui formulent la question3. 

C’est cette question que nous tenterons d’éclairer ici. Dans un premier temps, 

nous nous attacherons à montrer la difficulté de l’exercice, tant pour le praticien 

que pour le chercheur et a fortiori dans la relation entre les productions du monde 

de la recherche et les préoccupations du terrain. Nous proposerons ensuite le 

cadre d’analyse que nous avons retenu pour contribuer à articuler les productions 

de ces deux mondes. 

                                                      voir ce  Lien