Comptabilité financière - Le compte de résultat





Nous avons vu dans Cinq minutes pour comprendre le passage 
des écritures comptableaux documents de synthèse que les comptes des classes 6 et 7 qui sont en bas de la balance sont appelés Compte de gestion. Ils sont repris pour établir le compte de résultat. Ceux qui ont un solde débiteur constituent les charges, et ceux dont le solde est créditeur constitue les produits. La différence est le résultat de l'exercice. C'est le même que celui calculé dans le bilan. Le compte de résultat est un document très important. C'est le baromètre de l'activité de l'entreprise durant l'exercice comptable. Il retrace les différents flux de produits et de charges de l'année écoulée. C'est-à-dire, il regroupe sur un an l'ensemble des enrichissements et des appauvrissements. Son analyse est essentielle, puisqu'elle permet d'identifier les produits générateurs de richesse pour l'entreprise. Mais aussi, les charges qui viennent minorer les résultats de l'exercice. Et comment se présente-t-il, ce compte de résultat ? Il peut être établi sous la forme d'une liste ou sous la forme d'un tableau. Commençons par la forme classique, la plus simple, en tableau.
Un tableau qui permet de recenser pour un exercice : dans sa partie gauche, l'ensemble des comptes de la classe 6, les charges qui diminuent la richesse de l'entreprise et dans la partie droite, les comptes de la classe 7, les produits qui augmentent le bénéfice et ceux sans tenir compte de la date de règlement. Ensuite, on effectue une triple distinction des charges et des produits. Tout d'abord, les opérations relatives à l'activité économique courante de l'entreprise, c'est l'exploitation. Cela concerne les comptes 60 à 65 du plan comptable général pour les charges d'exploitation. Par exemple, les achats de marchandises, les achats de matières premières, les prestations facturées par les fournisseurs (comme l'électricité, les locations, les assurances, les honoraires), mais aussi les salaires, les charges sociales, les impôts et taxes. Quant aux produits d'exploitation, ils sont enregistrés dans les comptes 70 à 75. C'est essentiellement le chiffre d'affaires de l'entreprise. Passons au deuxième niveau, les opérations relatives à la gestion financière. On y trouve les comptes 66 en charge financière par exemple les intérêts versés aux banques et les comptes 76 en produit financier, par exemple les revenus des placements. Dernier niveau, les opérations exceptionnelles, il s'agit des comptes 67 en charge et des comptes 77 en produits. Ce sont des opérations non reliées à l'activité ou l'exploitation habituelle de l'entreprise. Par exemple, la cession d'un immeuble ou des amendes fiscales. Par différence entre les deux colonnes du tableau, on peut calculer le résultat de l'exercice. Si les produits sont supérieurs aux charges, l'entreprise est bénéficiaire. Dans le cas contraire, si les charges sont supérieures aux produits, le résultat est une perte. Finalement, cette présentation en tableau semble bien organiser, quel est l'intérêt d'une présentation en liste. C'est la plus utilisée par les professionnels car elle permet le calcul de résultats intermédiaires très utiles pour la gestion. D'ailleurs l'administration fiscale retient cette présentation dans la liasse fiscale. Donc un résultat peut en cacher d'autres. Cela mérite quelques précisions. La démarche est simple. Elle consiste à se baser sur la triple distinction au niveau des opérations pour calculer le résultat d'exploitation, le résultat financier et le résultat exceptionnel. Le résultat d'exploitation est calculé comme suit : Cela concerne donc l'ensemble des opérations qui se rapporte à l'activité courante de l'entreprise. Le résultat financier est égal au : Une entreprise faiblement endettée doit normalement générer un résultat financier équilibré ou positif. Et une entreprise fortement endettée fera apparaître un résultat financier négatif. On peut alors calculer le résultat courant, c'est égale au résultat d'exploitation plus le résultat financier. C'est un indicateur de gestion de première importance. Dernier résultat intermédiaire, le résultat exceptionnel :
Le résultat net ou le résultat de l'exercice est égal au résultat courant plus résultat exceptionnel. Il reprend la totalité des produits de l'année moins toutes les charges de l'année. Sa répartition entre ce qui provient de l'exploitation, de la politique financière ou d'éléments exceptionnels est riche d'enseignements sur ce qui se passe dans l'entreprise.
Précisons que le compte de résultats est plus ou moins développé selon la taille et la préférence de l'entité. La plupart des logiciels de comptabilité réalisent automatiquement le compte de résultat. Mais pour l'administration des impôts, il faudra créditer un compte de résultat agréé. Pour plus d'informations, rendez-vous dans Cinq minutes pour comprendre le bilan, Cinq minutes pour comprendre les principes comptables
et Cinq minutes pour comprendre les soldes intermédiaires de gestion.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires