Comptabilité financière - Passage des écritures comptables







Nous avons vu dans Cinq minutes pour comprendre la comptabilité financière que chaque opération effectuée par l'entreprise est représentée par une écriture comptable dans le livre-journal. Nous avons vu également qu'une fois par an l'entreprise doit synthétiser son activité dans deux documents comptables : le bilan et le compte de résultat.
Nous allons expliquer maintenant comment passer des écritures comptables à ces documents de synthèse. Reprenons les écritures comptables du livre-journal
qui correspond à 4 opérations réalisées par une entreprise.Un achat de marchandises pour 1 000 €, payé par chèque bancaire. La réception d'un chèque de 500 € en réglement d'une créance client. Une vente de marchandises pour 2 000 € avec réglement à crédit. Et la vente de marchandises pour 750 € réglement comptant par chèque bancaire. Les écritures du livre-journal sont ensuite reportées dans le grand-livre. Après le livre-journal, le grand-livre... De quoi s'agit-il ?  Le grand-livre, c'est un document qui représente l'ensemble des comptes utilisés par l'entreprise. A l'origine, il s'agissait d'un registre grand et lourd d'où son nom.





Aujourd'hui, bien sûr, c'est un fichier informatique. Revenons aux reports des écritures dans le grand-livre. Pour chaque compte, on indique son numéro et son intitulé.
Les montants qui sont portés à son débit et à son crédit, on inscrit l'écriture de la 1ère opération au grand-livre, de même pour les 3 autres.
Quand toutes les écritures sont recopiées dans le grand-livres, on peut calculer pour chaque compte le total des sommes au débit. Le total des sommes au crédit est la différence entre les 2 qui est le solde du compte. Si le total débit est supérieur au total crédit, le solde est débiteur. Si le total crédit est supérieur au total débit, le solde est créditeur. Quand on a calculé les soldes de tous les comptes, on peut établir la balance.
Encore un terme qui peut prêter à confusion et qui mérite quelques explications. Pas celle-là ! En comptabilité, la balance est un tableau récapitulatif de tous les comptes du grand-livre à une date déterminée. Chaque compte est représenté, par son numéro et son intitulé, son total débit, son total crédit et son solde, débiteur ou créditeur. Et comment va-t-on établir cette balance ? C'est simple, il faut repartir du grand-livre. Chaque compte est repris avec son total débit, son total crédit et son solde. Par exemple, pour le compte 411 clients les montants reportés sont 2 000, 500 et 1 500.





Et on fera de même pour les autres comptes. Les comptes sont classés dans l'ordre croissant des numéros prévus par le plan comptable général. Ensuite, les débits et les crédits sont cumulés. Les totaux obtenus doivent-être les mêmes : total débit = total crédit.
Et on les compare avec le total du livre-journal : ils sont tous égaux. Les totaux des soldes sont calculés, ils doivent être tous égaux entre eux. Total solde débiteur = Total solde créditeur Et finalement, elle sert à quoi cette balance ? Elle permet de contrôler l'enregistrement des flux dans les comptes avec applications du principe de la partie double. C'est la contrainte selon laquelle le total des sommes débitées doit-être égal au total des sommes créditées. Et la balance synthétise les comptes du grand-livre et permet d'apprécier la situation de l'entreprise à une date donnée. C'est le tableau idéal pour servir de base à l'établissement du bilan et du compte de résultat. Après notre premier exemple, très simplifié, prenons le cas d'une balance un peu plus complète et donc un peu plus proche de la réalité.





Voyons comment elle sert pour établir le bilan et le compte de résultat. Les comptes des classes 1 à 5, ceux qui sont en haut de la balance, sont appelés comptes de bilan. Ils vont être repris pour établir le bilan. Ceux qui présentent un solde débiteur, vont constituer l'actif du bilan. Ceux dont le solde est créditeur, vont constituer le passif du bilan. La différence, c'est le résultat de l'exercice. Les comptes des classes 6 et 7, ceux qui sont en bas de la balance, sont appelés comptes de gestion. Ils vont être repris pour établir le compte de résultat. Ceux qui ont un solde débiteur constituent les charges et ceux qui ont un solde créditeur constituent les produits. La différence, c'est le résultat de l'exercice. Et puisque le principe de la partie double a été respecté à chaque étape. Le résultat de l'exercice calculé dans le bilan est évidemment le même que le résultat de l'exercice calculé dans le compte de résultat. Pour plus d'informations sur les documents de synthèse, rendez-vous dans Cinq minutes pour comprendre le bilan et Cinq minutes pour comprendre le compte de résultat.











Enregistrer un commentaire

0 Commentaires